« Retour à la page précédente

Juvisy-sur-Orge, un territoire,
des réseaux

Juvisy-sur-Orge, un territoire,<br />des réseaux
Publié par: Editions Lieux Dits

Parution : Décembre 2007
Couverture souple à rabats
Format : 21 x 27 cm
264 pages
250 images

Collection Cahiers du patrimoine

ISBN : 9782914528405

consulter mon panier

20,00 €

Au lieu de 40,00 €

Loading Mise à jour du panier...

PRIX EN BAISSE !

Juvisy, une histoire étroitement liée au patrimoine ferroviaire

Entre plateau et val de Seine, le bourg de Juvisy n’aurait jamais connu qu’une destinée banale si, à un siècle d’écart, deux réseaux capitaux n’y avaient successivement dessiné les axes d’un développement peu commun. Alors que, sous Richelieu, le grand chemin de Lyon place le domaine de Juvisy sur l’orbite du pouvoir parisien, le contournement de 1728 transforme le bourg en étape importante du trafic routier d’Ancien Régime. Mais en 1843 l’ouverture du chemin de fer — dont les réseaux ne cesseront de croître et de s’étendre un siècle durant — installe Juvisy au centre d’un nœud ferroviaire essentiel à l’organisation des dessertes du sud de la région parisienne.

Urbanisme et architecture au sud de l´Île-de-France

Ces infrastructures seront à l’origine d’un peuplement dessinant, au-delà des bornes de la commune, un territoire dont les contours correspondront aux limites de l’attraction juvisienne. L’étude de la composition et de l’aménagement de ce territoire issu d’interconnexions multiples, l’analyse de la forme urbaine et de ses évolutions au gré de la vie des réseaux, la connaissance des constructions architecturales et des œuvres constitutives d’un cadre urbain original nourrissent les pages d’un ouvrage qui démontre clairement l’intérêt d’une approche patrimoniale de la cité à l’heure d’un inévitable renouvellement urbain.

Feuilleter

Durant la seconde guerre mondiale, l’importance stratégique du nœud ferroviaire local expose Juvisy aux bombardements et aux destructions massives : l’administration de la Reconstruction s’emploie 16 ans durant (1944-1960) à remodeler une forme urbaine inédite dont la ville sort renouvelée et rajeunie, sans doute mieux armée pour faire face aux défis de l’évolution annoncée de l’agglomération parisienne. Dans cet enchevêtrement d’installations, le local de la lampisterie — petit cube de maçonnerie — abrite la préparation de signaux dont l’exactitude et la visibilité déterminent la bonne marche du triage. Avant l’électrification, le service de la voie recourt aux mâts à signaux, à lanterne mobile. La catastrophe ferroviaire dont la gare de Juvisy est le théâtre, le 12 août 1899, causée par un défaut de visibilité de la signalisation, démontra tragiquement l’importance stratégique de ce service. Dès la fin des années 1870, le PO installe progressivement entre Paris et Brétigny des appareils dits d’enclenchement qui relient mécaniquement les leviers des signaux à ceux des aiguilles. La fiabilité des manœuvres assurant l’efficacité d’un triage, le service de la distribution élève plusieurs locaux aux extrémités de la gare pour loger les aiguilleurs responsables des entrées et des sorties. La restitution du triage serait incomplète sans la mention des multiples ateliers, remises et entrepôts semés autour des voies au gré des besoins, et sans l’évocation du paysage hérissé de poteaux télégraphiques et de lampadaires éclairant l’activité nocturne des cheminots. Un triage, enfin, c’est surtout un réseau arachnéen de faisceaux et d’aiguilles, sur des étendues considérables, orientant méthodiquement des files de wagons vers des issues multiples. La situation de Juvisy au sein du réseau ferroviaire de la grande banlieue réservait à la ville un rôle méconnu dans la contribution de l’arrière au déroulement de la première guerre mondiale. L’ampleur des infrastructures ferroviaires qui s’étendent sur son territoire et leur position à l’intersection de plusieurs réseaux lui valent de jouer un rôle clé dans l’organisation de la défense nationale. L’interconnexion des divers réseaux (route, rail, fleuve) durant l’entre-deux-guerres réserve ensuite à Juvisy une place déterminante dans l’organisation des activités de l’agglomération parisienne, hissant la ville au tout premier rang des carrefours ferroviaires de grande banlieue. L’importance numérique des cheminots concentrés sur cette place, ne sera pas, alors, sans conséquence sur l’évolution politique, urbaine et monumentale de la cité.

Inventaire du patrimoine, région Île-de-France

Par Antoine Le Bas
Photographe : Philippe Ayrault

 

LoadingMise à jour...