« Retour à la page précédente

Houlgate, la Perle de la Côte fleurie

Houlgate, la Perle de la Côte fleurie
Publié par: Editions Lieux Dits

Parution : Avril 2011
Couverture souple à rabats
Format : 11 x 22,5 cm
64 pages
80 images

Collection Parcours du patrimoine

 

ISBN : 9782362190186

consulter mon panier

8,00 €

Loading Mise à jour du panier...

La station balnéaire d´Houlgate, visite guidée

Pas à pas, partez à la découverte des plus belles villas et édifices d´Houlgate ! Des noms évocateurs comme Les sirènes, Les embruns ou encore Bel ombrage pour les villas, sans oublier chalets, châteaux balnéaires et grands hôtels !

L´histoire d´Houlgate

Station balnéaire de la Côte Fleurie, Houlgate est née de l’engouement pour les bains de mer et de l’attrait exercé par le site pittoresque et vallonné de la commune de Beuzeval. Son épanouissement est marqué par une urbanisation complexe et atypique, en plusieurs temps, autour de deux pôles hétérogènes qui finiront par se confondre. De la fin de la Monarchie de Juillet à la première guerre mondiale, Houlgate incarne ainsi la transition qui s’opère entre deux types de villégiature diamétralement opposés. Si Beuzeval-les-Bains, le site le plus ancien, s’implante de façon empirique et offre un mode de vie simple et familial, le second pôle fondé en 1858 s’établit, à l’instar du schéma inauguré en 1854 à Cabourg, à partir d’une planification rationnelle du littoral orchestrée par des promoteurs immobiliers, afin d’accueillir une clientèle privilégiée qui recherche plaisirs et divertissements mondains. Ainsi fleurissent casinos, grands hôtels, villas et chalets.

Un habitat pittoresque, emblématique des bords de mer

De la même façon, la qualité et la diversité architecturale des villas illustrent à la fois les grands courants artistiques de cette période, mais aussi et surtout la mise en place d’un modèle pittoresque d’habitat qui deviendra emblématique des bords de mer.

Feuilleter

Houlgate est l’une des stations balnéaires les plus anciennes de la « Côte Fleurie », nom évocateur donné au front de mer du pays d’Auge en 1903. Au XIXe siècle, l’engouement pour les bains de mer à vocation thérapeutique et le « désir de rivage » désormais ressenti expliquent en partie la colonisation précoce de ce site au cadre paysager particulièrement attrayant. La diversité des programmes architecturaux, des styles, des formes et des matériaux utilisés a contribué à forger l’image d’une station brillante, surnommée par certains guides touristiques « La Perle de la Côte Fleurie ».

Le développement de deux pôles balnéaires indépendants jusqu’au début du XXe siècle, avec des caractéristiques urbaines, sociales et religieuses spécifiques, est l’un des traits majeurs qui distingue Houlgate de ses voisines. D’abord très proches des modèles locaux, les villas s’en libèrent durant l’entre-deux-guerres pour donner naissance à un style autonome, le néo-normand. Proposant une interprétation simplifiée du style normand, évoqué par un faux pan de bois plaqué ou peint sur un enduit, l’architecture balnéaire revient à une volumétrie plus sage et fait appel à des matériaux modernes, comme le béton. La seconde guerre mondiale met un terme à la créativité qui a marqué l’architecture balnéaire pendant près d’un siècle. Au cours des deux dernières décennies, on assiste au retour du style normand qui se manifeste dans les programmes d’ensembles résidentiels collectifs ou individuels par les faux pans de bois et les pentes affirmées des toits.

Malgré certaines restaurations trop radicales et les destructions causées par les violentes tempêtes, le dernier conflit mondial ou encore la forte pression immobilière, Houlgate conserve un riche patrimoine de villégiature. Celui-ci témoigne de la mise en place et de l’évolution d’un genre architectural inédit, né de la du tourisme balnéaire, qui s’est répandu avec succès sur la côte normande. Consacrant près d’un tiers de leurs exemples à l’architecture de bord de mer, les ouvrages et revues destinés aux professionnels publiés entre 1850 et 1930 mettent en exergue l’esprit d’inventivité qui a imprégné le développement de cette typologie nouvelle. Station de la Côte Fleurie la plus représentée avec 43 références, Houlgate participe pleinement à l’élaboration de ce type de demeure, l’un des plus séduisants inventé au XIXe siècle.

Inventaire du patrimoine, région Basse-Normandie

Par Didier Hébert
Photographe : Manuel de Rugy

 

LoadingMise à jour...