« Retour à la page précédente

L'abbaye de Mouzon

L'abbaye de Mouzon
Publié par: Editions Lieux Dits

Parution : mai 2018
Couverture souple à rabats
Format : 11 x 22,5 cm
80 pages
70 images

Collection Parcours du patrimoine n° 391

ISBN : 9782362191565

consulter mon panier

7,50 €

Loading Mise à jour du panier...

L’église de l’abbaye Notre-Dame de Mouzon fait
partie des premiers grands édifices gothiques
de la France du Nord. Longtemps considérée
comme une construction tardive par rapport à ses
consœurs champenoises que sont l’église abbatiale
Saint-Remi de Reims et la collégiale Notre-Dame-en-
Vaux de Châlons-en-Champagne, elle est reconnue
aujourd’hui comme leur contemporaine, avec une
date de commencement estimée autour de 1170.
Elle partage avec elles l’élévation intérieure à quatre
niveaux, les voûtes sexpartites et une certaine sobriété
à l’extérieur.

Au XVe et au XVIe siècle, l’édifice est complété : les parties
hautes des tours et les pinacles des arcs-boutants de
l’élévation sud constituent des témoins significatifs du
gothique flamboyant.
L’édifice abrite un mobilier de qualité, en particulier
un maître-autel à baldaquin monumental (1728) et un
grand orgue renommé (1725) du facteur Christophe
Moucherel, auteur du splendide instrument de la
cathédrale d’Albi.

Des bâtiments conventuels refaits au XVIIe siècle
subsistent principalement deux des trois ailes bordant
le cloître au subtil décor classique à bossage.

...
À Mouzon, dom Gabriel Bigot, qui avait fait profession en 1607 à Saint-Vanne de Verdun entre les mains du fondateur de l’ordre, dom Didier de La Cour, fut le principal instigateur de l’introduction du nouvel ordre. Il y arriva en 1634 comme prieur en compagnie de neuf autres moines qui s’ajoutèrent aux huit encore présents, portant ainsi la communauté au nombre de dix-huit religieux. En 1684, ils étaient douze religieux de chœur et un convers*, mais vingt-quatre moines en 1709, puis dix-neuf en 1747. La congrégation apporta sur le long terme, en plus d’un renouveau spirituel et intellectuel (les abbayes vannistes étaient des centres d’études pourvus de bibliothèques importantes), une restauration de l’église, le renouvellement complet de son mobilier et la reconstruction des bâtiments conventuels.
...
Pour la construction du nouvel orgue de Mouzon, les religieux s’adressèrent à Christophe Moucherel (1686-1761), dont les liens étaient étroits avec la congrégation de Saint-Vanne. En effet, en 1717 il livra un instrument pour l’abbaye de Bouzonville (Moselle) et en 1723 il construisit celui du monastère Saint-Mansuy de Toul (Meurthe-et-Moselle). De plus l’organiste de Mouzon, dom Amand Vincent, avait pu apprécier la qualité des réalisations du facteur lors de la réception, le 13 mars 1719, de l’instrument voisin de Stenay (Meuse). Les travaux à Mouzon commencèrent en 1723 et furent réceptionnés le 6 mai 1725.
La carrière de Christophe Moucherel est bien connue grâce à son essai autobiographique intitulé Mémoire instructif, publié en 1734. Il reprit en 1721 l’atelier de Claude Legros à Metz (Moselle), puis, à partir de 1727, s’installa à Paris, où il fondit des caractères d’imprimerie. Il déménagea en 1734 dans le sud de la France et y construisit, entre autres, le monumental instrument de la cathédrale d’Albi (1734-1737).

Service Inventaire et Patrimoines de la Région Grand Est

Texte : Alain Villes, conservateur honoraire du musée d’Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye, avec la collaboration de Bernard Ducouret et Sébastien Vial

Photographies : Patrice Thomas

Cartographie : Mickael Vadin

LoadingMise à jour...