« Retour à la page précédente

Châteauvillain

Châteauvillain
Publié par: Editions Lieux Dits

Parution : Septembre 2014
Couverture souple à rabats
Format : 11 x 22,5 cm
64 pages
79 images

Collection Parcours du patrimoine

ISBN : 9782362191046

Petite cité de caractère

consulter mon panier

7,50 €

Loading Mise à jour du panier...

Situé aux confins de la Champagne et de la Bourgogne, le bourg de Châteauvillain est lové dans une boucle de l’Aujon, un des nombreux petits cours d’eau nés dans le plateau de Langres voisin. C’est lui aussi qui fournit la roche calcaire aux veines blondes donnant ses formes et ses couleurs aux constructions locales.
Son histoire riche et agitée a légué à Châteauvillain les vestiges d’un puissant château-fort, une ceinture de murailles urbaines et de tours, mais aussi une église et un hôtel de ville dont la beauté classique est l’expression de la puissance et du rôle social du duc de Penthièvre, propriétaire des lieux avant la Révolution.
De ce passé princier demeure également la vaste forêt d’Arc-Châteauvillain, qui alimentait autrefois les forges et hauts-fourneaux en combustible, et offre aujourd’hui aux promeneurs les centaines de kilomètres de ses chemins forestiers. La préservation de son patrimoine bâti a permis à Châteauvillain d’être une des premières communes de la région à recevoir le label « Petites cités de caractère », tandis que les qualités de son patrimoine naturel lui ont valu d’intégrer le futur parc national des forêts de Champagne et Bourgogne.

Aperçu historique

Châteauvillain tire son rôle dans l’histoire de sa situation aux confins de la Champagne et de la Bourgogne. Son territoire est situé en limite occidentale du plateau de Langres, à des altitudes comprises entre 225 m au niveau de la vallée et 300 à 350 m sur les plateaux forestiers encadrant cette dernière. Ce territoire est un des plus vastes du département, puisqu’il s’étend sur 8 030 hectares, en y comprenant l’ancien village de Montribourg, rattaché en 1966, mais sans les communes de Créancey, Essey-les-Ponts et Marmesse, associées à Châteauvillain depuis 1972.

___________

L’époque contemporaine

Après avoir connu des occupations étrangères en 1814 puis 1870, Châteauvillain vécut de nouveau des heures dramatiques à la veille de la Libération, en 1944. Le 24 août, une unité allemande en repli, harcelée par la Résistance, prit des hommes en otages qu’elle réunit dans le parc et dont douze furent fusillés, cinq autres ayant été tués dans les rues du bourg. La Libération eut lieu le 9 septembre.

___________

Le château

Le périmètre occupé par le château et ses dépendances se suit encore aisément sur le plan actuel de Châteauvillain, marqué par les rues du Duc de Vitry, des Halles, du Vieux Bourg et des Récollets. L’entrée s’en faisait par le sud : c’est la partie la mieux conservée, seule la tour-porche à bossage ayant été abattue dans les années 1830. De part et d’autre s’étendaient les écuries du château. À l’angle sud-ouest, la tour de guet (c’est le nom qu’elle porte sur un plan de 1786), de plan carré, présente sur ses quatre faces et deux niveaux des ouvertures de tir pour arquebuses qui durent servir lors des différents sièges que la cité eut à subir pendant les guerres de Religion, entre 1562 et 1592.

 

Inventaire du patrimoine, Région Champagne-Ardenne

Par Xavier de Massary
Photographe : 
Patrice Thomas

LoadingMise à jour...