« Retour à la page précédente

La faculté de droit de Strasbourg

La faculté de droit de Strasbourg
Publié par: Editions Lieux Dits

Parution : Novembre 2012
Couverture souple à rabats
Format : 11 x 22,5 cm
64 pages
97 images

Collection Parcours du patrimoine

ISBN : 9782362190629

Campus de l’Esplanade

consulter mon panier

7,50 €

Loading Mise à jour du panier...

Après la Seconde Guerre mondiale, la construction du nouveau campus de l’Esplanade est venue enrichir le patrimoine universitaire de Strasbourg. Conçu dans les années 1960, celui-ci est un des rares exemples en France (et dans le monde) de campus construit au sein de la ville. Il a été élaboré d’après les plans de deux architectes renommés, Charles-Gustave Stoskopf et Roger Hummel. Organisé de manière monumentale, le campus s’articule autour de quelques édifices remarquables, tels que la faculté de droit et l’institut de chimie. Ces deux bâtiments, symboles de modernité, ont été conçus selon les dernières innovations techniques de l’époque. D’une conception typique des années 1960, ils possèdent en outre des qualités esthétiques indéniables, et plus particulièrement la faculté de droit. Long croissant tourné vers le centre historique de la ville, cet édifice audacieux se reconnaît aux couleurs rouge et bleu qui ornent sa façade.
Après avoir replacé la construction de la faculté de droit dans son contexte historique et géographique, cet ouvrage propose une visite de l’extérieur puis de l’intérieur du bâtiment.

Feuilleter

L’Esplanade, une opportunité unique

Le cas de Strasbourg, avec son campus proche du centre-ville, est presque unique en France. En effet, face à l’urgence de la situation dans les années 1950 et 1960, et à l’impossibilité pour la majorité des universités, situées dans les centres-villes historiques, de s’étendre dans leurs abords immédiats, la solution la plus couramment choisie est l’implantation de campus sur des terrains vierges situés en périphérie des villes. Ces vastes terrains permettent la construction de grands ensembles universitaires – et leur extension future si le besoin s’en fait sentir – parfois couplés à une ville nouvelle ou une extension urbaine de la ville existante (Villeneuve d’Ascq près de Lille, Toulouse-le-Mirail, etc.).

______________________________

« L'Opération Esplanade »

« L’Opération Esplanade » ne se comprend véritablement que réinsérée dans le contexte de la reconstruction, de l’expansion et de la modernisation urbaines en France dans les trois décennies qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale. Cette époque est marquée par une forte croissance économique et démographique. En 1957, le déficit de logements en France est proche de quatre millions. Face à cette pénurie, des choix sont engagés et un nouveau vocabulaire architectural se dégage : tours et barres en sont les types les plus fréquents. Reconstruction et modernisation deviennent ainsi des enjeux politiques nationaux et locaux ; dès son arrivée à la mairie de Strasbourg en 1959, Pierre Pflimlin entraîne la ville dans une phase de redéploiement urbanistique. Combinant réhabilitation et création de nouveaux quartiers, ces projets urbanistiques sont pensés selon un axe nord-sud, pour relier les communes de Schiltigheim, Bischheim et Hoenheim au Neudorf en passant par le centre-ville. P. Pflimlin entend également mener à bien le projet de l'Esplanade, amorcé sous la municipalité de Charles Altorffer, afin de valoriser la ville et de l’amener sur le devant de la scène européenne. Cet ensemble de logements et de constructions universitaires a été, de par son envergure, l’opération urbanistique la plus importante à l’époque en France après celle de la Défense à Paris. Pour coordonner ce projet ambitieux, la Société d’aménagement et d’équipement de la région de Strasbourg (S.E.R.S.) est créée. Deux architectes de renom, tous deux Grand Prix de Rome, sont choisis pour réaliser cet ensemble, Charles-Gustave Stoskopf pour les logements et Roger Hummel pour l’université. Le campus de l’Esplanade, tout comme le campus impérial au XIXe siècle, devait générer une extension urbaine organisée autour de l’université, qui elle-même joue le rôle de liaison entre la vieille ville et le nouveau quartier. Unanimement saluée à l’époque, l’Esplanade a gardé des aspects d’une modernité incontestable.

______________________________

Deux points d’organisation majeurs : la faculté de droit et l’institut de chimie

Le campus de l’Esplanade a été conçu de sorte à s’intégrer parfaitement dans son environnement, et plus encore, pour jouer un rôle de liaison et de générateur de l’extension urbaine. Ainsi, les deux premiers édifices construits donnent naissance à deux axes structurants. L’institut de chimie est bordé sur toute sa longueur par la rue Blaise Pascal, qui relie le campus impérial à celui des années 1960. Au-delà, cet axe permet également de relier la Neustadt, et même la Robertsau, quartier périphérique nord, au quartier périphérique sud, le Neudorf, afin de constituer une continuité urbaine d’une extrémité de la ville à l’autre. Tout au long du quartier d’habitation de l’Esplanade, des rues parallèles à la rue Blaise Pascal réitèrent cette liaison.

Inventaire du patrimoine, Région Alsace

Par Lucie Mosca
Photographe : Frédéric Harster

LoadingMise à jour...