Montreuil, patrimoine horticole

6,00

Patrimoine horticole

Publié par : Les Éditions Lieux Dits
ISBN : 9782362191312 Catégories : , , , , ,

Description

 

Montreuil, ville horticole ? Voilà qui peut surprendre… Pourtant la ville a longtemps tiré sa richesse d’une activité rurale, viticole et maraîchère, alimentant le marché parisien. Dès le XVIIe siècle, l’horticulture spécialisée dans la pêche constitue une branche essentielle de l’économie montreuilloise. Sa renommée s’étend, au XIXe siècle, jusqu’aux tables des grandes cours européennes.
Ce livre fait découvrir une organisation du paysage bien particulière : les « murs à pêches » nécessaires à la culture en espaliers, omniprésents sur le territoire, qui ont façonné l’image de la ville tandis que les traces encore perceptibles d’un savoir-faire ancestral permettent de reconstituer ce qu’on appelait le système « à la Montreuil ».
C’est à leur découverte mais aussi à celle du riche passé horticole et jardinier de Montreuil que nous convie cet itinéraire.

Auteurs

 

Inventaire du patrimoine, région Île-de-France

Texte : Arlette Auduc
Photographie : Jean-Bernard Vialles

 

Extrait

L´étude du patrimoine horticole puis du patrimoine industriel de Montreuil a permis de rendre compte d´aspects essentiels du paysage urbain de la ville. Celui-ci est aussi marqué par le fort mouvement d´expansion de l´entre-deux-guerres, général à toutes les communes de la petite couronne parisienne. Après la première guerre mondiale, en raison d´une forte poussée démographique (43 217 habitants en 1920 et plus de 70 000 en 1935), l´urbanisation gagne l´ensemble du coteau ainsi qu´une partie du plateau. Les nouveaux arrivants sont des Parisiens chassés par la cherté des loyers, des ruraux, des étrangers. Il faut y ajouter la population chassée des abris de fortune qu´elle occupait dans la zone de servitudes militaires de l´enceinte fortifiée, en cours de démolition. Cette nouvelle population, ouvriers (40 %), employés, artisans et commerçants, favorise l´élection d´une équipe communiste à la tête de la ville en 1935. La population ouvrière, de plus en plus nombreuse depuis le Second Empire, acquiert ainsi droit de cité. Pourtant, tous les équipements (HBM, écoles, crèche) construits par l´architecte communal Florent Nanquette datent des années précédant le revirement politique. Dans ces domaines, la continuité l´emporte. Le contexte démographique et économique, l´accroissement du nombre de familles de condition modeste, souvent illettrées, la lutte contre la tuberculose font de l´éducation, du logement et de la santé des priorités pour toutes les municipalités.

L´extraordinaire succès des jardiniers de Montreuil s´explique par la coïncidence de nombreux éléments associés en ce lieu. Très étendu (930 hectares), il comprend une partie de la plaine de l´est de Paris et un plateau plus élevé sur la colline qui délimite un amphithéâtre au creux duquel la ville s´est développée. Les pentes du talweg orientées au sud et à l´est sont propices aux cultures. Le sous-sol est constitué d´un épais banc de gypse qui a joué un rôle important dans la construction des murs édifiés pour la culture des pêchers. Au-dessus se trouvent de la couche plus ou moins importante de marnes, d’argile et de calcaire de la Brie surmontées d’une couche de terre végétale généralement de bonne qualité et facile à travailler. Les marnes retiennent une nappe aquifère importante, à l´origine de nombreuses mares et marais qui, au siècle dernier, étaient encore visibles dans certains quartiers. L´écoulement des eaux vers le sud-ouest a donné naissance à des rus dont le Gobétue est le mieux connu. Pourtant, l´abbé Schabol, qui fut le premier à écrire sur l´arboriculture montreuilloise, insiste surtout sur le savoir-faire, l´invention et l´habileté des jardiniers qui mirent au point le système dit « à la Montreuil » dont la complexité et l´association des savoirs nécessaires lui firent dire, lui qui « imaginait être le plus grand jardinier du monde, [qu´il] n´avait été jusque là qu´un novice dans l´art de cultiver les arbres. » Bien entendu, la proximité du grand centre de consommation parisien a permis d´écouler facilement la production, la clientèle de la cour et de la riche bourgeoisie favorisant les cultures de luxe. Dès lors, la fortune rapide des premiers jardiniers va servir d´exemple.

Ce tissu industriel particulier, plus proche par bien des aspects de la configuration parisienne que des grandes concentrations usinières des banlieues nord et ouest, a marqué le paysage communal. Aujourd´hui, malgré le mouvement de désindustrialisation et les mutations urbaines, les traces et les témoins de cette période sont encore nombreux à Montreuil.

Fiche technique

Parution : Juin 2016
Couvertures souples à rabat
Format : 11 x 22,5 cm
40 pages

Collection Parcours du patrimoine n°213

Informations complémentaires

Poids 0.09 kg